Matière     Esprit      Science
Livre SatornetCes 24 sujets représentent une partie du contenu du livre Satornet "L'Homme Nouveau dévoilé par le Verbe", dont l'objectif fut de présenter de façon synthétique, différents éléments de la philosophie d'André Bouguénec
Notre regard sur la création et ses mystères, inspiré de l'enseignement d'André Bouguénec.
Faire une recherche

Le bon sens

 

"La chose la mieux partagée au monde" ?

Pourtant le monde se déchire et court à sa perte par ses divisions et ses interminables querelles d'opinions. Constatez par vous-mêmes la pluralité des politiques, des religions et des philosophies. Toutes sont génératrices de discordes parce que ne servant que des partis et des partis pris, sans jamais vouloir UNir l'ensemble des hommes en vue d'un édifice commUN.

Le bon sens est pourtant ce qui pourrait rassembler les hommes parce qu'il est à la portée du plus grand nombre. C'est alors qu'il permettrait de construire une véritable Eglise Universelle (Katholikos), parce que basée sur de la pierre, et la pierre symbolise traditionnellement l'homme. Ce qui veut dire que tout enseignement doit élever l'homme, à condition que celui-ci l'interprète avec son Bon Sens.

 

C'est pourquoi

le Bon Sens sera une clef ouvrant les portes des mystères de la création, parce qu'il permettra d'atteindre les mystères de l'homme et de son destin. Enfin quoi, il serait donc possible d'ouvrir les mystères cachés depuis la création, à l'aide du seul Bon Sens ? En effet. car tout dévoilement est une évidence, et Jésus a bien dit qu'il n'y aura pas de mystères qui ne seront dévoilés. Mais si de tels mystères furent cachés pendant 20 siècles de chrétienté (hum !...), c'est que le message du Christ fut transformé par simple manque de bon sens. Et l'on n'a pas su ou voulu voir que Dieu s'adressait à tous, plutôt qu'à quelques possesseurs d'une parole non mise en pratique.

Mais pour le voir, il fallait avoir de l'Esprit et acquérir de l'Intelligence. Cette simplicité bien souvent confondue avec la stupidité aurait permis à ceux qui sont "comme de petits enfants", de percevoir des réalités que beaucoup d'esprits clinquants ou mystifiés, ne savaient voir. « Vox populi, vox dei » disaient les premiers chrétiens : la voix du peuple est bien la voix de Dieu, et le Bon Sens appartient au peuple plus qu'à ceux qui le mènent, surtout à l'heure actuelle où plus personne ne sait où nous allons parce que nous sommes guidés par des aveugles. Mais comment peut-on allier simplicité et intelligence ? C'est justement ce que nous allons voir.

 

Le bon sens et les sens (l'Essence)

Saviez-vous que le mot grec traduit par : discernement, renvoie à l'idée de perception par les sens, mais aussi à : intelligence. Les sens principaux qui nous permettent de discerner les apparences, sont LA VUE et L'OUIE. Jésus en parlait beaucoup, car c'est par eux que l'on peut comprendre les paraboles, et autres indications que la nature nous offre. Ce sont comme de petits panneaux indicateurs (étymologiquement : qui met dans le juste, dans le droit chemin), que l'on perçoit si l'on a une bonne vue pour voir ou de bonnes oreilles pour entendre. Ces ouvres de la nature permettent d'acquérir l'Intelligence des choses célestes et des choses terrestres.

André Bouguénec nous en parle beaucoup mieux page 41 de son livre "l'Autre Mystère de Marie" :

« Deux de ces 5 sens sont les colonnes du Temple du Royaume de Dieu, c'est-à-dire les tenants de la Porte de l'Invisible et de l'Eternité : la vue et l'ouïe. Ces deux sens ayant deux sens... Mais ils sont "mariés" pour former "l'entendement", c'est-à-dire la compréhension divine cachée en toute chose. Or, la "simplicité" exigée toujours par le Verbe et sa manifestation en Fils de l'Homme, est de s'en servir à partir de tous les éléments qu'on VOIT et qu'on ENTEND, sans restriction par des règles dites classiques ou académiques, non pas inutiles bien au contraire, mais limitées, esclaves de préjugés qui sont obstacles à la liberté absolue qu'exige l'ESPRIT dans "le jeu"... clan-DESTIN des mots. »

 

Le bon sens et la psychologie

La psychologie est une science qui pénètre au plus profond de l'âme humaine. Ce n'est pas en vain. C'est par elle qu'il faut passer pour comprendre les rapports entre les individus, et par conséquent pratiquer une religion véritable - mot qui signifie relier -. Relier les hommes entre eux, Dieu à l'homme, le religieux à l'athée, la matière à l'esprit, n'est valable que si cette UN-ion est une comm-UN-ion et une communication compréhensible et adaptée à l'autre. Sans quoi, on retourne dans les sectarismes et autres partis pris, aussi inutiles que stériles.

Or, « Le bon sens, c'est l'association de la partie avec le tout. » (André Bouguénec)

 

Bon sens et panorama

Le sens permet de voir, mais c'est aussi une direction. Il s'agit avant tout de croiser les directions : TERRE-CIEL afin de ne plus rester en plan. La vie est un mariage des lois du ciel, adaptées à la vie sur terre, et vice-versa. Ainsi, le bon sens, c'est un croisement de la hauteur et de la profondeur, pour développer une vision panoramique de la création et de l'hommeinclus en elle. Par ce mariage, il y a alors alter-NATIVITE entre Dieu, devenu Père, et l'homme devenu Fils. Sans cette réUNion, c'est la porte ouverte à tous les dérapages, et à toutes les aberrations (d'ailleurs, LA PSYCHOLOGIE = 147 oriente toujours dans LA BONNE DIRECTION = 147).

La pluralité des opinions et controverses théologiques montre que le manque de Bon Sens dans toute interprétation mène à des doctrines dépourvues de lien avec la réalité humaine. La théorie de la transsubstantiation en est un exemple : la transsubstantiation est la transformation de la substance du pain et du vin en celle du corps et du sang de Jésus-Christ dans l'Eucharistie - Dogme défini en 1551, concile de Trente -. Elle a d'abord longtemps été un sujet de débats extraordinairement complexes. Et qu'a-t-on tiré de toutes ces palabres ? La ritualisation du cannibalisme et la justification de l'infanticide sanglant comme la preuve d'un amour paternel. Voilà où mène le manque de bon sens !

Alors que le partage du pain et du vin pouvait, entre autre, être compris comme le symbole de l'éternel et nourrissant PARTAGE de l'Enseignement du Christ avec ceux qui le suivent et l'écoutent. Voilà une règle de bon sens, que chacun peut comprendre et ouvrir comme on ouvre un pain, afin d'y trouver une nourriture saine parce qu'elle fait grandir tous les hommes qui la pratiquent dans une communion de cœur et d'esprit.

Si vous êtes amateur de jeux d'esprit, vous comprendrez que : LA CHAIR + LE SANG = 110 = PAIN ET VIN, mais aussi : UNE PARABOLE = 110, pour nous dire que la Cène fait partie de l'ensemble des paraboles qui se trouvent dans les Evangiles. Tout ce qui choque le bon sens devrait être pris pour une parabole dont il faut tirer l'Esprit. Quant aux règles d'amour et de morale, là, oui, il faut les prendre à la lettre :

« La parabole, c'est une courbe qui couronne plusieurs aperceptions signifiantes, non seulement pour di-riger celles-ci vers les esprits capacitaires différents et hiérarchiques, mais pour régir en chacune des intelligences différentes : un petit royaume, un champ de compréhension. » - (André Bouguénec).

 

Bon sens et plaisir

Quel être humain hait le plaisir qu'offre un bon repas ? Le bon sens permet d'en juger...

Le livre de Job (XXXIV-2) nous dit :

« L'oreille juge des discours par l'ouïe, comme le palais juge des viandes par le goût. »

Plaisirs des sens, dit-on. Eh bien, Dieu parle à ceux qui savent prendre du plaisir à observer sa création. Toutes les philosophies et apologies de l'ascétisme et de la souffrance sont une insulte aux joies que Dieu nous a accordées de vivre sur cette terre. Joies du corps (le respect est aussi une source de joies...), et joies de l'esprit (JOIE = 39 = DIEU). C'est pourquoi les enfants aiment les beaux discours, les légendes, les contes, tout ce qui émerveille. Et c'est pourquoi ils sont un exemple de bon sens, parce qu'ils ne sont pas encore sclérosés par tous les maux d'une société qui se dit sérieuse... En vérité, celle-ci voit tout avec "SERRE-YEUX", jusqu'à en devenir aveugle.

On nous dit, "heureux les simples d'esprit" ; mais encore plus heureux les esprits simples, quêteurs et curieux, ouverts à tous les jeux qu'offre la création pour découvrir un sens tangible et adapté à la vie et à leurs pratiques quotidiennes, parce qu'adaptées à leur psychologie en acte dans le monde. Or, une pratique religieuse véritable est une vie familiale et sociale, une vie de bon sens, en accord avec les lois de la psychologie humaine. La véritable Messe est une pratique joyeuse, c'est la comme-Union de la Vie en tous (athée(e)s compris), et partout.

 

Xeon